a

Lorem ipsum dolor sit amet, consecte adipi. Suspendisse ultrices hendrerit a vitae vel a sodales. Ac lectus vel risus suscipit sit amet hendrerit a venenatis.

Hirtenstraße 19, 10178 Berlin, Germany
+49 30 24041420
ouroffice@vangard.com

6 objets indispensables lorsque l’on part en mission humanitaire

6 objets indispensables lorsque l’on part en mission humanitaire

Avant chaque départ en mission, l’excitation initiale et l’adrénaline peuvent parfois se dissiper au profit d’une question existentielle : « Qu’est-ce que je ne dois absolument pas oublier d’emporter avec moi ? ». Il est en effet important de bien veiller à glisser dans sa valise toutes les affaires indispensables à la réalisation de votre mission sur le terrain, sous peine de devoir attendre trois mois – c’est-à-dire jusqu’à votre première période de break/vacances – pour enfin récupérer ce qui vous manque. Mais pas de panique, voici quelques conseils et suggestions pour vous aider à bien choisir ce qui améliorera grandement vos conditions de vie et de travail sur le terrain.

1/ Pour le confort au bureau : un socle pour ordinateur et une souris ergonomique filaire.

On a tendance à croire que le travail humanitaire suppose d’être en perpétuel mouvement entre une distribution par-ci, un meeting par-là, mais en réalité, une grande partie de la profession d’humanitaire consiste à être assis derrière l’écran d’un ordinateur pour écrire un projet, passer des heures à vérifier l’utilisation du budget et le corriger si besoin, répondre aux emails, préparer des formations pour les membres de votre équipe, rédiger un rapport de fin de projet…et tellement d’autres tâches encore !

C’est pourquoi il est important sinon essentiel de ne pas sous-estimer votre confort au bureau, et l’une des façons les plus simples pour y parvenir est d’utiliser un socle pour ordinateur (de préférence en acier ou aluminium, pour leur solidité et leur recyclabilité) afin de surélever la position de l’écran. De cette manière, vous limiterez les douleurs possibles à la nuque et au dos et vous m’en remercierez plus tard ! À noter que cela nécessitera également d’avoir recours à un clavier additionnel.

De la même manière, il est tout aussi utile d’utiliser une souris verticale. Ces souris ont effectivement pour avantage de proposer une ergonomie totalement différente des souris habituelles et permettent de cette manière de soulager le canal carpien et réduire les risques de tendinites et de douleurs au poignet. Un must-have, même en contexte humanitaire !

2/ Pour faciliter vos déplacements en avion : le pèse-bagage.

Il s’agit d’un objet minuscule, et qui pourtant vous rendra d’énormes services, et pas seulement durant votre période de mission d’ailleurs ! Si son utilité reste effectivement évidente pour n’importe quel type de voyage en avion, elle sera décuplée lorsque vous serez amené à avoir recours un vol UNHAS (c’est-à-dire les vols opérés par les Nations Unies lorsqu’il n’existe pas de compagnies aériennes aux normes de sécurité suffisantes pour assurer des vols intérieurs) dont la limite par personne est fixée à 20 kg seulement pour le bagage allant en soute et 5 kg pour le bagage cabine. Et le moindre kilogramme supplémentaire peut vite couter très cher, raison pour laquelle un pèse-bagage personnel vous rendra plus d’une fois service !

3/ Pour vos meetings avec les interlocuteurs humanitaires et officiels : une tenue correcte.

Durant votre mission, vous serez amené à rencontrer divers interlocuteurs, qu’ils travaillent pour une autre organisation humanitaire (à l’occasion d’une réunion cluster par exemple) ou qu’il s’agisse de représentants d’une autorité (chef du village, ministre…).

Pour cette raison, évitez (ou plutôt bannissez !) les claquettes et les shorts/pantacourts au profit de pantalons/jupes longues et de chaussures fermées. Il va de soi que c’est le minimum requis, non seulement pour ne pas donner une mauvaise impression sur votre personne mais aussi pour assurer la crédibilité de l’organisation que vous représentez.

4/ Pour améliorer le confort dans votre chambre : votre propre oreiller, votre propre serviette de bain et une rallonge électrique multiprise avec un adaptateur.

Après l’effort, le réconfort ! Et quoi de mieux que de se sentir le plus à l’aise possible une fois de retour dans notre chambre après une longue journée de travail sur le terrain ! Et cela passe par des petites choses auxquelles on ne pense pas forcément avant de partir en mission, comme par exemple apporter un oreiller bien à vous, pour vous permettre d’avoir des nuits plus reposantes.

L’expérience m’a également appris à toujours bien veiller à glisser dans ma valise une serviette de bain en coton. À défaut, le risque est d’arriver sur votre lieu de mission et qu’il n’y en ait aucune disponible dans votre guest-house, et qu’il soit également impossible de trouver un tel linge sur le marché local (#CestDuVécu). Et croyez-moi, c’est long trois mois au fin fond du bush sans avoir de serviette de bain…

Aussi, pour un minimum de confort dans votre chambre, n’hésitez pas à apporter avec vous une rallonge électrique multiprise, ainsi qu’un adaptateur, afin de pouvoir recharger sans difficulté les quelques appareils dont vous disposez et avez la responsabilité (ordinateur de travail, téléphone portable et/ou satellitaire…).

5/ Pour rendre votre mission plus écolo : une gourde en aluminium ou en verre.

Sur votre lieu de mission, il est très fortement probable qu’il n’existe pas de solutions d’évacuation et d’élimination des déchets dignes de ce nom. C’est pourquoi il est indispensable de limiter au maximum votre empreinte environnementale, et cela peut notamment se faire en évitant de ramener et d’utiliser sur place des bouteilles en plastique, lesquelles sont bien souvent à usage unique.

À la place, une gourde en aluminium ou en verre peut très bien faire l’affaire, d’autant qu’elle vous suivra même après la fin de votre mission. Et en prime, elle pourra être recyclée si nécessaire.

6/ Pour votre santé : des compléments alimentaires et/ou des vitamines.

Selon l’endroit où vous serez amené à travailler, il se peut que les repas soient très peu variés d’un jour à l’autre, ce qui peut vous exposer à des carences nutritionnelles qui d’ailleurs peuvent s’aggraver en cas de perte d’appétit (ça aussi #CestDuVécu).

Pourtant, comme j’ai eu l’occasion de le rappeler dans une autre série de conseils, le fait de partir en mission ne doit pas devenir un prétexte pour vous oublier et négliger votre santé physique et mentale. C’est pourquoi il est important d’apporter avec vous des compléments alimentaires comme des vitamines par exemple pour vous garantir une bonne santé nutritionnelle.

7/ C’est la base d’apporter ça avec soi, mais on ne le répétera jamais assez !

Et bien entendu, n’oubliez d’apporter avec vous votre prophylaxie et vos produits anti-moustiques, une trousse de premiers secours ainsi qu’un disque dur rempli de séries/films et un peu de fromage/charcuterie pour vous…mais aussi (surtout !) pour faire plaisir à vos collègues déjà présents sur place.

La newsletter

Recevez les prochaines publications
(vidéos, articles, interviews...) directement par e-mail !