a

Lorem ipsum dolor sit amet, consecte adipi. Suspendisse ultrices hendrerit a vitae vel a sodales. Ac lectus vel risus suscipit sit amet hendrerit a venenatis.

Hirtenstraße 19, 10178 Berlin, Germany
+49 30 24041420
ouroffice@vangard.com

Comment aider les réfugiés ukrainiens ?

Comment aider les réfugiés ukrainiens ?

Deux millions… C’est le nombre de personnes qui, au moment où je tourne cet épisode, ont fui l’Ukraine et la guerre pour se réfugier dans un autre pays. Principalement la Pologne, la Hongrie, la Roumanie ou encore la Moldavie.

Et depuis l’escalade récente de ce conflit armé qui a commencé en 2014, un véritable élan de solidarité s’est propagé dans l’ensemble de l’Europe. D’ailleurs, vous avez peut-être vu sur les réseaux sociaux ou dans certains journaux télévisés des gens organiser des récoltes et lancer des appels aux dons pour réunir des produits de première nécessité comme de la nourriture, des produits d’hygiène ou encore des vêtements chauds, en vue d’acheminer tout ça auprès des personnes qui ont passé la frontière ukrainienne.

Cet élan de générosité est incroyable et nous prouve, malgré tout ce que l’on serait tenté de croire, que notre société est également animée par un puissant esprit de solidarité. Comment dire, c’est l’Humanité qui s’unit et qui revêt sa plus belle forme, tout simplement.

Mais voilà, en tant que professionnel humanitaire, mon expérience de terrain et le pragmatisme que j’ai développé dans ce domaine me font craindre que tous ces produits apportés depuis notre pays pour être distribués là-bas puissent créer de nouveaux problèmes, entre d’une part les réfugiés ukrainiens et d’autre part les communautés d’accueil de Pologne, de Hongrie et des autres pays frontaliers de l’Ukraine.

Ça n’aura effectivement échappé à personne que les pays qui accueillent actuellement le plus de réfugiés ukrainiens ont un niveau de développement similaire, pour ne pas dire identique au reste de l’Europe occidentale. Autrement dit, les produits que beaucoup cherchent en ce moment à acheminer jusqu’aux pays frontaliers de l’Ukraine sont AUSSI disponibles directement sur place, chez les commerçants locaux.

Alors oui d’accord, un afflux de réfugiés aussi soudain que massif a clairement pour effet de créer une demande démesurée sur certains produits de première nécessité, ce qui peut rapidement provoquer une pénurie. Mais quand bien même ce risque existe, il demeure important pour ne pas dire primordial, de penser la solidarité dans sa globalité, de sorte qu’elle ne devienne pas la source de nouveaux problèmes.

En fait, il s’agit tout simplement d’un cas d’école de l’action humanitaire : Quand on aide des déplacés et des réfugiés, on ne doit le faire au détriment des communautés d’accueil. Autrement, si on ne respecte pas scrupuleusement ce principe, ça finit toujours par créer des incompréhensions, un sentiment d’inégalité et par suite logique, de nouvelles tensions qui peuvent aller jusqu’au rejet des personnes déplacées ou réfugiées. Ce sont des choses qu’en tant que professionnels humanitaires, nous sommes régulièrement amenés à gérer, comme lors de la crise humanitaire provoquée par la guerre en Syrie et durant laquelle des tensions n’ont pas tardé à apparaitre entre les 5,5 millions de réfugiés syriens et les communautés d’accueils du Liban, de Jordanie ou de Turquie, qui elles aussi, subissent les effets de cette guerre qui dure d’ailleurs depuis 2011.

Donc où je veux en venir, c’est que pour aider les ukrainiens, il est important de bien veiller à soutenir les commerçants des pays dans lesquels ils sont accueillis, en se procurant directement auprès d’eux les produits que l’on souhaite distribuer aux ukrainiens. Il faut effectivement garder à l’esprit que sont les communautés d’accueil qui fournissent actuellement le plus gros effort de solidarité, et c’est la raison pour laquelle l’aide apportée aux ukrainiens ne doit pas in fine les pénaliser.

Du coup, avant d’organiser la moindre collecte de produits de première nécessité auprès de vos proches, voici deux conseils majeurs que je peux vous donner :

  • Avant tout chose, favorisez au maximum les dons monétaires auprès des structures de solidarité présentes à la frontière de l’Ukraine, pour que la somme d’argent que vous aurez donnée bénéficie autant aux commerçant locaux, lors de l’achat des produits de première nécessité, qu’aux réfugiés ukrainiens lorsque ces produits seront distribués.

Alors oui, je sais, beaucoup d’entre vous souhaitent s’investir dans l’aide auprès des réfugiés ukrainiens en se procurant eux-mêmes ces produits voire en allant les distribuer personnellement sur place. Mais j’ai coutume de dire que l’action humanitaire, c’est comme un incendie. Je préfère que ce soit un groupe de pompiers expérimentés qui s’occupent d’en venir à bout, plutôt que mes voisins avec leur seau d’eau et leur tuyau d’arrosage. Alors faites confiance aux organisations présentes sur place !

D’autant plus que, cette crise ne s’arrêtera malheureusement pas du jour au lendemain. Elle est en effet partie pour durer longtemps, et lorsque l’élan de solidarité des européens se sera tari, que les gens commenceront à penser à autre chose qu’aider les réfugiés ukrainiens, les professionnels humanitaires seront quant à eux toujours sur place pour continuer d’aider toutes ces personnes. Et c’est pourquoi il est important de soutenir dès maintenant, l’action des organisations humanitaires déjà présentes aux frontières ukrainiennes.

Vous pouvez par exemple effectuer un don auprès de l’Alliance Urgences, qui est un collectif qui réunit 6 grandes ONG françaises déjà présentes dans les pays d’accueil des réfugiés ukrainiens. CARE International travaille par exemple au côté de l’ONG roumaine SERA pour assurer une aide d’urgence comme la distribution de nourriture ou offrir un soutien financier. Médecins du Monde a mis en place des soins de santé primaire aux réfugiés ukrainiens et prévoit d’ores et déjà de reprendre son intervention en Ukraine dès que la situation le permettra. Et les équipes d’Handicap International préparent quant à elle des actions de réadaptation post-opératoire, des distributions d’équipements paramédicaux et du soutien psychosocial. 

  • Et si malgré tout, vous souhaitez tout de même envoyer ou apporter des produits auprès des réfugiés ukrainiens, je vous conseille alors vivement de prendre le temps de vous renseigner auprès des organisations humanitaires qui travaillent directement avec des associations locales. Elles pourront ainsi vous renseigner de la meilleure manière possible sur ce dont elles ont réellement besoin, sur les produits les plus demandés et qui risquent éventuellement de manquer sur place.

Mais j’insiste, plus l’aide apportée est obtenue localement, meilleur est son impact, non seulement pour les personnes aidées, mais aussi pour les communautés d’accueil… et pour l’environnement ! Car la guerre, même en Europe, n’a pas suspendu les inquiétudes vis-à-vis de la crise écologique, et il est donc préférable de s’assurer que l’aide distribuée auprès des réfugiés ukrainiens n’ait pas à traverser toute l’Europe.

La newsletter

Recevez les prochaines publications
(vidéos, articles, interviews...) directement par e-mail !